Rafael Nadal est-il le plus grand joueur de tous les temps ?

Depuis la finale de Roland Garros, Rafael Nadal a rejoint Roger Federer à la première place du classement des joueurs ayant remporté le plus de titres du Grand Chelem (20), de quoi lancer un débat sur la planète tennis : l’Espagnol est-il le plus grand joueur de tous les temps ?

            999 victoires en carrière, 100 victoires à Roland Garros, 86 titres dont 20 en Grand Chelem et 35 en Masters 1000, 13 Roland Garros, 5 Coupes Davis, 2 médailles d’or olympiques… Tous ces chiffres sont vertigineux, à l’image de la carrière de Rafael Nadal qui présente aujourd’hui ce palmarès. Cependant, les chiffres ne suffisent pas à faire d’un joueur le plus grand de tous les temps (ou GOAT pour Greatest Of All Time). Ainsi, comment caractériser un GOAT ? On pourrait le considérer comme un joueur qui a marqué le tennis par ses succès, ses performances, son jeu, son attitude sur et en dehors des cours, faisant de lui un athlète inégalé et peut être même inégalable dans l’Histoire de son sport. Ces paramètres vont nous permettre de déterminer si oui ou non, Nadal est bel et bien le GOAT.

Image
Le roi sur son trône

Des statistiques qui parlent d’elles-mêmes

            Certaines d’entre elles ayant déjà été citées en introduction, nous n’allons pas nous éterniser là-dessus, mais il est tout de même nécessaire de noter que personne n’est au-dessus de l’Espagnol en termes de victoires en Grand Chelem. Cependant, un seul athlète l’égale pour le moment : Roger Federer qui a toutefois dépassé la barre symbolique des 20 à 36 ans, soit deux ans plus tard que Rafael Nadal (34 ans). D’ailleurs, dans leurs confrontations directes, c’est bien le plus jeune qui mène avec 24 victoires sur leurs 40 confrontations. Ensuite, pour continuer d’évoquer les statistiques en Grand Chelem, on observe un gouffre entre les joueurs de la génération actuelle et les autres. En effet, en dehors de ces deux rivaux, Novak Djokovic est le seul à compter plus de 15 titres, Pete Sampras en comptant 14 contre 12 pour Roy Emerson et 11 pour Bjorn Borg et Rod Laver. A ces chiffres on peut ajouter des records témoignant de la supériorité de Rafael Nadal sur terre battue : record de 8 titres consécutifs dans un même tournoi (Monte-Carlo), record de 13 titres dans un même tournoi du Grand Chelem (Roland Garros), record de 5 titres consécutifs à Roland Garros, record du nombre de matches gagnés à Roland Garros (100), record de 39 matches gagnés consécutivement à Roland Garros, record de victoires consécutives sur une même surface avec 81 victoires d’affilée sur terre battue. Enfin, il s’agit de l’unique joueur à avoir réalisé le Grand Chelem rouge en remportant les trois Masters 1000 sur terre battue et Roland-Garros la même année (2010).

            De plus, l’Espagnol a également brillé pour son pays en remportant 5 Coupes Davis, l’or en simple aux Jeux olympiques de Pékin en 2008 ou encore l’or en double à l’occasion des Jeux olympiques de Rio en 2016.

            Une seule ligne semble manquer à son palmarès : le Masters, mais cette compétition se déroulant en fin d’année et étant souvent faussée par les blessures, on assiste souvent à des surprises ne témoignant pas vraiment du réel niveau de certains joueurs. L’exemple parfait est la victoire de Grigor Dimitrov en 2017 face à David Goffin en finale : les deux joueurs ne comptent aujourd’hui encore aucun titre du Grand Chelem.

Un champion tout terrain

            Si ces chiffres sont impressionnants, ils ne semblent aller que dans un seul sens : Nadal est bien le GOAT, mais seulement sur terre battue. Cependant, affirmer cela serait une grossière erreur pour plusieurs raisons. Premièrement, le taureau de Manacor a remporté tous les tournois du Grand Chelem, performance n’ayant été réalisée que par 8 joueurs dans l’Histoire du tennis. Son unique victoire à l’Open d’Australie ne peut pas non plus être considérée comme une faiblesse puisque personne n’a remporté chaque tournoi du Grand Chelem au moins deux fois. Deuxièmement, l’actuel numéro deux mondial compte 7 titres majeurs en dehors de Roland Garros. Or, seulement 13 joueurs ont remporté plus de plus de 7 titres du Grand Chelem et Nadal a également brillé deux fois dans le temple du tennis, Wimbledon sur une surface qui semble pourtant lui être la moins propice.

Un jeu hors du commun

            Oui, la domination de Rafael Nadal va bien au-delà des chiffres, et il suffit de regarder la dernière finale de Roland Garros pour le prouver. Face à un Novak Djokovic souvent critiqué pour être « robotique » selon certains observateurs, le désormais quadruple tenant du titre a semblé infranchissable. En effet, il a été capable de tout anticiper en défense, d’être sur toutes les balles, de contrer quand il le fallait, mais aussi de repousser son adversaire au fond de court grâce à son lift, d’attaquer au bon moment, de gagner 65 % de points au service derrière sa première balle. En résumé, Rafael Nadal est un athlète ultra complet qui s’appuie également sur un physique impressionnant qui lui a d’ailleurs valu quelques blessures et un mental d’acier qui lui a permis de faire face à toutes les épreuves. Si son service semblait être un défaut au début de sa carrière, il a su s’adapter pour en faire une force mais aussi développer ses atouts. On pourrait également évoquer la construction de son jeu qui nous offre ainsi des points extraordinaires, contrairement à Roger Federer qui s’appuie trop souvent sur ses services et ses conclusions au filet. Le lift de Rafael Nadal est unique, son jeu est unique, et c’est tout simplement un bonheur pour les amateurs d’échanges longs, physiques, tendus, et pleins de suspense. C’est d’ailleurs sur terre battue qu’il est le plus dominateur, surface qui demande un jeu varié et rigoureux.

Des matchs de légende

            Si Nadal a écrit sa légende avec des chiffres, il l’a aussi écrite avec des combats inoubliables aujourd’hui devenus mythiques. On pense ainsi à la finale de Wimbledon 2008 remportée par l’Espagnol face à Roger Federer 6-4 6-4 6-7 6-7 9-7 en près de 5 heures de jeu, la demi-finale de l’Open d’Australie 2009 face à son compatriote Fernando Verdasco gagnée sur le score de 6-7 6-4 7-6 6-7 6-4 ou plus récemment la finale de l’US Open face à Daniil Medvedev, mais aussi à des défaites historiques comme la finale de l’Open d’Australie 2012 face à Novak Djokovic ou celle de 2017 face à Roger Federer, toutes deux perdues en cinq sets. Les exemples sont multiples, à vous de décider quels sont les plus marquants.

Un homme en or

            La combativité ne rime pas toujours avec manque de fair play (enfin si, mais pas au sens figuré) et Rafael Nadal en est la preuve. En plus d’être l’un des seuls joueurs n’ayant jamais fracassé une raquette, le taureau de Manacor n’hésite pas à faire rejouer les points quand il le faut, comme à Toronto en 2018 face à Stefanos Tsitsipas, ne se montre jamais hautain en conférence de presse, adopte toujours une attitude positive avec ses fans (n’appelant pas la sécurité à certaines reprises comme le font d’autres). L’Espagnol se montre aussi classe en dehors, lui qui a créé la fondation Rafa Nadal qui vient en aide aux enfants défavorisés mais qui a aussi donné beaucoup de son temps pour venir aider les habitants touchés par les inondations à Majorque en 2018 pour ensuite faire un don d’un million d’euros. Il a d’ailleurs également fait un don avec Roger Federer de 150 000 euros pour les sinistrés des incendies en Australie et reversé les 10 000 euros de dommages et intérêts versés par Roselyne Bachelot après son procès à des œuvres caritatives (l’actuelle Ministre de la Culture avait accusé Nadal de dopage, ce dernier avait alors montré ses contrôles anti-dopage pour prouver son innocence).

Le verdict

            En conclusion, d’après les critères énoncés en introduction, on peut considérer Rafael Nadal comme le plus grand joueur de tous les temps pour son palmarès, ses statistiques, son jeu et même sa personne. Si certains contesteront cet avis en énonçant notamment le nom de Roger Federer, tout le monde semble s’accorder sur le fait que le big three actuel est composé des trois meilleurs joueurs de l’Histoire du tennis. Parmi eux, un homme semble avoir les capacités de se démarquer encore plus encore, du moins par les chiffres, et il s’agit du plus jeune d’entre eux : Novak Djokovic. Le Serbe est toutefois moins apprécié et fin 2020, tous les facteurs ou presque semblent aller dans le même sens pour désigner Rafa comme le GOAT.

Images : @rolandgarros (Tiwtter)

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s